J49-J52 Costanta – Narbonne

6 semaines de vélo, le plus dur semblait être fait, mais il fallait bien que l’aventure continue jusqu’au bout !

J’avais choisi d’emblée le retour en bus pour plusieurs raisons :

pas de billet et de date réservés à l’avance

prise en charge du vélo sans préparation spéciale

départ sur place sans transfert dans une structure éloignée de la ville d’arrivée et peu ou pas accessible en vélo

ces trois points on bien été vérifiés , mais à quel prix !!! pas le tarif (490 Lei soit 100€), mais des conditions assez rocambolesques et un trajet total de 56 heures de bus !!!

revenons à lundi soir

Arrivée tranquille au point de rassemblement de la compagnie Attlasib qui assure le voyage, compagnie de transport qui propose tout un maillage du pays et à l’international.

Enregistrement sans problème des bagages et du vélo et on me dit qu’il faudra changer de bus demain matin à Sibiu au nord ouest de Bucarest dans les Carpates.

J’ai les numéros des deux bus, c’est simple c’est la plaque d’immatriculation.

3 bus sur le parking … pas de bon numéro … et vrombissement, un bus sort du stand réparation, passe devant nous au ralenti (c’est le bon numéro 1) et repart à l’extérieur… puis reviens… les cinq passagers montent dans ce car vieillissant et poussif …

Bucarest sera atteint en 4 heures avec plusieurs arrêts pour prendre des passagers et trois où le conducteur est descendu avec 2 tournevis bricoler un peu à l’arrière !

Ce conducteur sait qu’il y a un « Français avec bicyclette » qu’il faut « manager » et rassurer …

Difficile de trouver le sommeil dans cet inconfort et évidemment à chaque moment où le sommeil vient arrive la pause des deux heures dont le temps est annoncée bruyamment au micro.

Sibiu sera atteint à 8 heures du matin et le chauffeur me dit de suite de ne pas bouger, et me conduit ensuite au chauffeur du 2ème bus qui me montre la remorque où sera je vélo, me demande comment je veux qu’il soit placé, et vient me présenter de suite son équipe de quatre chauffeurs … visiblement on veut rassurer !

Mais je ne connaissait pas le profil de la route prise pour arriver au bout ouest du pays pour entrer en Hongrie ni sa circulation.

On pourrait dire qu’il s’agit d’une traversée du Cantal se répétant sur 600 km se passant un 1er Août, les semi-remorque étant autorisés et majoritaires avec comme piment la conduite locale … pas une journée de tout repos dans des paysages superbes

on retrouve enfin la plainte mais entourée de montagnes …

arrêt vers midi dans une petite auberge sûrement en contrat avec le transporteur qui propose une pause repas rapide (soupes ou porc grillé) servi très rapidement… plusieurs bus s’y arrêtent

Manifestement, un projet de nouvelle route est en route

On arrive enfin en Hongrie… vérification des identités… le douanier emporte les cartes d’identité prises d’une main ferme avec un regard glaçant et les ramène 30 minutes plus tard , les rend à un chauffeur qui refait la distribution en donnant le nom de chacun … « Le français » dit il en riant pour moi !!! et tout le monde rit !!!

tous les participants du voyage sont des roumains travaillant en France et venus passer un peu de temps au pays … cet épisode va délier les langues, on sait donc qui est ce personnage étrange, et le reste du voyage sera prétexte à de très nombreux échanges très variés sur la Roumanie et la France.

On repart… et deux heures après douane volante.

On m’explique : c’est un classique du genre des Hongrois… ils savent qu’ils vont forcément trouver un peu d’alcool illégal , soit dans les bagages des voyageurs, soit dans les nombreux colis que le bus transporte aussi en plus.

Car souvent, on ramène une ou deux bouteilles du pays d’un alcool produit en douce.

Il faudra attendre l’ouverture par les douaniers du 20eme paquet pour trouver une bouteille… ils sont contents, et pendant ce temps on attend, bloqués dans le bus, moteur coupé, sans clim … et s’en suit une bonne demi heure de négociation entre le chef chauffeur et les hongrois. avec moult grands gestes et coups de téléphone… il obtiendra l’allumage du moteur et donc la reprise de la clim … 1h30 de perdue !!!

pv, amende …

tout le monde est énervé, et particulièrement les fumeurs (en fait tout le monde fume !) chez qui le manque grandit !

En repartant, le chauffeur (malin) annonce une pause à la prochaine station service de 30 minutes ! hourra !

bon, on n’est pas arrivés … surtout que deux heures plus tard, gris bouchon sur l!autoroute qui nous bloque une heure… accident entraînant la déviation à la sortie suivante de tout le flux circulatoire !

Il n’y aura plus d’incident après

Passage par la Slovénie et le Nord de l’Italie.

La nuit s’enchaîne entrecoupée des pauses obligatoires ou tout le monde va faire son tour aux toilettes, acheter une boisson fraîche (jamais d’alcool) … et fumer et papoter !

On arrive à Gènes, cette ville traversée-meurtrie par es voies autoroutières dont on comprend qu’elle n’est vraiment accessible que par la mer !

Puis la la riviera italienne jusqu’à la frontière française.

Et départ pour la troisième nuit , l’arrivée prévue à une heure au départ, devenant 5 ou 6 heures.

De temps en temps, le chauffeur lance un film.

Chouette un film français ! mais comme il coupe le son pour ceux qui commencent à dormir, je n’ai droit qu’aux sous titres en roumain !

commence aussi à partir de Gènes la descente des voyageurs et à partir de la France la livraison des paquets … donc sortie d’autoroute, direction gare routière, livraison des paquets !

À Marseille, le bus + remorque ira donc gare St Charles

et dans une petite rue siège d’une association france roumanie … quels chauffeurs !

Durant la 3ème nuit, le chauffeur profite de l’épuisement des passagers fumeurs pour escamoter les pauses supplémentaires qu’ils demandaient les deux jours précédents !

Mais cette reprise de temps sera anéantie par un réceptionneur de paquet qui fait faux bon à Nîmes … le chauffeur est furieux !

Je discute avec lui. il repart de Bordeaux dans deux jours, fait l’aller retour avec son équipe quatre fois par semaine ! et là me dit que je n’ai pas eu de chance, car le trajet s!est fait avec un bus de secours moins adapté, le sien étant en révision et ayant une clim plus efficace, des toilettes, des distributeurs de boisson !

Arrivée à Narbonne à 5h30 …

Je suis épuisé, mes chevilles ont doublé de volume, je suis plus fatigué qu’à mon arrivée à Costanta !

Là l’aventure est vraiment finie … c’était bien !!!

PS: désolé de la longueur inhabituelle, mais c’était le résumé de 3 jours !!!

9 commentaires sur “J49-J52 Costanta – Narbonne

Ajouter un commentaire

  1. Après une pause de 15 jours sans internet (et oui pas d internet chez ma maman à Narbonne)je lis enfin les aventures de mon mari même si j’avais des nouvelles par téléphone.
    et bien je suis très fière de mon « héros « comme le dit notre nièce Caro et contente de l avoir récupéré en assez bonne forme,fatigué de son voyage en bus surtout par le manque de sommeil.
    Nous sommes de retour tous les 2 chez nous et je remercie toutes les personnes qui ont mis des messages sur le blog,sur facebook et twitter.Ca aide pour le moral.
    Une mention spéciale à Caro pour ses discussions pendant le trajet en bus
    Bisous à tous
    Dominique (épouse du héros)

    J'aime

  2. Bonjour,

    Bravo pour cet excellent récit. Avec ma compagne, après avoir rejoint Belgrade, nous filerons sur Constanta en longeant le Danube. Pour le retour, vous avez pris le bus. Si, j’ai bien compris,pas besoin de démonter les vélos, grâce à une remorque à vélos? Merci de votre réponse. Votre parcours, nous a fait saliver. Bien amicalement. Michel

    J'aime

    1. bonjour,
      merci d’avoir apprécié le récit.
      Dans le premier bus jusqu’au hub au nord de belgrade , le vélo a été placé dans la soute normale sans démontage, juste à plat. Puis , jusqu’à Narbonne, il était dans une remorque accrochée au Bus.
      J’ai pris le billet en arrivant .

      N’hésitez pas pour d’autres questions si nécessaire
      et bon voyage

      Amicalement
      Dominique

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :